Un jour sans fin…

Après notre article sur le jour le plus court en Islande, nous vous devions forcément son équivalent inversé du solstice d’été ! Et puis tout s’est emballé, le mois de juin est arrivé, et ni une, ni deux, c’était le jour le plus long de l’année ! Alors, ça donne quoi un 21 juin dans nos contrées isolées ?!? Eh bien c’est… ensoleillé !! La nuit ne daigne même plus pointer le bout de son nez…

Notez tout de même que ça faisait un moment qu’on l’voyait venir : au gré de nos couchers tardifs et de nos réveils matinaux – ou nocturnes selon les humeurs de nos chers minis Puffins -, nos pupilles avaient beau chercher, difficile de trouver un coin de ciel étoilé. D’autant que dans notre ancienne maison, l’absence de volet/rideau digne de ce nom rendait illusoire tout espoir de grasse matinée… ne serait-ce que parce que même s’il est 4h du matin, un mini Puffin qui ouvre les yeux et qui voit un ciel ensoleillé refuse catégoriquement de se recoucher – règle toujours vérifiée – ! Heureusement, dans notre nouvel appartement, nous avons des velux opaques qui nous permettent de recréer une obscurité propice à un rythme de sommeil plus équilibré ! Et puis finalement les derniers doutes se sont dissipés lorsque nos amis sont arrivés : à peine leur première nuit passée dans notre salon et sa baie vitrée, ils ont pu témoigner de la permanence de la luminosité. C’était donc sûr et certain : après nous avoir quelque peu délaissés, le soleil ne voulait plus nous quitter !

Pourtant – et nous avons vérifié -, la météo islandaise indique bien une heure de lever et une heure de coucher de notre cher astre solaire… impossible à repérer pour nos yeux novices ! Ainsi, le 21 juin dernier donc, nous pouvons vous dire que le soleil s’était levé à 02h55 du matin pour se coucher à 00:04 le lendemain ! Cela nous fait donc moins de 3 heures de soi-disant-nuit. Oops… mais elle est où, l’obscurité ? Eh bien nous avons dû nous rendre à l’évidence : notre position sur le globe terrestre ne nous permet pas de nous cacher des rayons du soleil en été ! En fait, le temps entre le moment où la luminosité du soleil continue de rayonner après sa disparition derrière l’horizon et celui où elle commence à réapparaître avant qu’elle n’émerge dans notre champ de vision couvrent intégralement la durée d’absence de notre perspective de notre étoile incandescente. Une remarque nous intrigue cependant : en hiver, nous avions tout de même une journée bien marquée, même si limitée en termes de luminosité… pourquoi n’en est-il pas de même pour la nuit en été ?!? Sûrement encore une question d’inclinaison…

Cela étant, une clarté constante, ça a pas mal de bons côtés également. D’un point de vue pratico-pratique notamment, nous vivons les mois les plus chauds de l’année : forcément, qui dit soleil éternel, dit chaleur continue. Et même si le thermomètre ne passe pas au dessus des 20°C, nous avons le bonheur de ressortir les manches courtes et de sentir le soleil et l’air frais sur notre peau à l’air libre… ça change des multi-couches hivernales, c’est agréable ! Pour les ballades aussi c’est plaisant : plus besoin de viser le bon créneau horaire pour être sûr de faire coïncider visite et visibilité. Nous pouvons donc viser des destinations plus lointaines… les roads-trips ont de l’avenir chez les Puffins – les randonnées aussi ! -… Et puis, détail qui a son importance, quelle que soit l’heure de la journée, nos yeux ne peuvent que contempler la beauté des paysages qui nous entourent… et ça, ça se savoure ! Il n’y a que pour les fraises de la serre que cela pourrait poser un léger problème : si elles poussent désormais depuis le mois de mai sans chauffage ni lampes pour les bichonner, elles auraient tendance à moins aimer l’absence de moments d’obscurité… rien n’est jamais parfait !

Alors évidemment, les aurores boréales, en cette saison, il faut tout de suite oublier… Mais les couchers de soleil ? Et les aurores « classiques » dans tout ça ? Eh bien ils sont là… mais beaucoup moins présents que pendant les mois glacés. Le ciel ne se colore de teintes rosées que peu de temps, une heure à chaque fois environ, bref, pas grand chose en comparaison du solstice hivernal. Et soyons francs, nous les aimions bien ces « auropuscules » qui s’enlaçaient jusqu’à fusionner et prolongeaient l’étreinte jusqu’à la nuit tombée… Sans oublier que, petit détail qui a son importance, entre 23:00 et 2:00, il y a tout de suite moins de monde – nous y compris – pour en profiter !

Bon alors, c’est bien joli, mais ça ressemble à quoi, le jour le plus long de l’année en Islande ? À vous de juger sur ces photos ! En plus, on a eu de la chance, le 21 juin fut le quasi seul jour dégagé et ensoleillé de sa semaine – et même de la semaine suivante – ce qui nous a permis de prendre des photos significatives – enfin, surtout M. Puffin qui a veillé tard dans la nuit puisque son poignet qui avait triplé de volume suite à 4 piqures de bourdon le condamnait à prendre un jour de congé le lendemain… comme quoi le timing des fois… -.

 

Combien de fois avions-nous souhaité avoir des journées de 24h ? Ben voilà, c’est fait ! Et c’est même pas si compliqué finalement, il faut juste déménager à plus de 2000 kms… une broutille, haha ! En tous cas, en attendant le retour progressif de l’obscurité, nous, on continue notre cure de vitamine D !

 


PSST ! Vous recherchez une idée de cadeau original ?
Et pourquoi pas un produit naturel artisanal d’Islande ?
On a un bon plan pour vous. Qualité et originalité garanties !

www.icelanded.com

Découvrez icelanded.com et trouvez LE cadeau original – ou pourquoi pas les cadeaux originaux – parfait : bijoux originaux et bijoux artisanaux, en perles de lave, bijoux femme, collier femme et bijoux homme ou colliers fantaisies et bijoux pas cher, vous n’aurez que l’embarras du choix !

Ou bien peut-être préfèrerez-vous succomber au dépaysement d’une toile photo ou d’un poster de paysages venus d’ailleurs, au pays des volcans et des cascades à la limite du cercle polaire.

Votre seul soucis maintenant ? Réussir à faire un choix !

www.icelanded.com

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016

19 réflexions sur “Un jour sans fin…

  1. Whaou il n’y a vraiment pas un seul moment d’obscurité total ^^ effectivement il faut des bons volets pour avoir une nuit agréable 😉 merci pour ce partage.

        • On s’y habitue, c’est vrai… mais les vélux opaques nous y ont bien aidés pour notre part, haha 😀
          Parce que les stores classiques qui laissent passer la lumière contribuaient largement à écourter nos nuits 😉

  2. Quelle belle histoire que celle de ce soleil-là ! Il s’étire, traine pour se lever puis finit par ne plus vouloir se coucher …
    Ainsi, pendant la belle saison, la lumière règne, maîtresse des lieux, au mépris des biens basses nécessités biologiques humaines à savoir s’accorder un certains nombres d’heures de sommeil chaque jour.
    Merci à Mr Puffin d’avoir fait don d’une de ses précieuses « non nuits » malgré son poignet endolori (fichus bourdons !) pour nous permettre de mieux comprendre le refus de la lumière à céder un peu de place à Dame Nuit.
    Merci pour ce bel article très évocateur et nos meilleures considérations à Maître Soleil.

    • Oui, tous nos repères traditionnels sont chamboulés.

      J’aime beaucoup l’image du soleil qui « traine pour se lever puis ne veut plus se coucher », c’est très joliment dit ! On pourrait presque s’identifier à lui… sauf que le sommeil finit toujours par nous rattraper, nous.

      M. Puffin quant à lui en a profité pour regarder un (très) long film… et a dormi une bonne partie de la journée le lendemain pour rattraper le sommeil perdu. 🙂

  3. Je me souviens d’un livre pour enfant racontant la vie des autres peuple de la terre. Le récit du peuple qui vit soit dans un soleil constant soit dans la nuit totale m’a tout de suite fasciné -je n’y croyais pas, pensant qu’on se fichait de ma nature naïve de petite fille! Vous êtes ce récit incroyable! J’ai hate de m’oter d’un doute de longue date en décembre 😉

    • Ohhhh, je connaissais pas ce conte… Décembre sera effectivement un grand moment alors (même s’il n’y a pas de nuit totale ici, haha). En tous cas, c’est promis, le dépaysement sera de la partie !!

      Faudrait que tu amènes ton conte d’ailleurs si tu te rappelles du titre, ce serait super sympa de le raconter et d’en parler avec tous les petits !! 🙂

  4. Les photos sont magnifiques !!! Même si j’imagine la fatigue de M. Puffin, nous sommes ravis de voir le résultat 🙂 (merci les bourdons ? Non quand même pas !)
    Qu’il est beau ce pays (cette île) qu’on dirait si loin et pourtant pas tant…
    Il y a un an nous y posions les pieds à 2h du matin et effectivement, le ciel ressemblait à celui de la photo. Quel beauuuu souvenir ce voyage dans ce pays si particulier !!!! J’ai hâte de revenir vous voir :))

    • Même moi je n’ai pas remercié les bourdons alors qu’ils m’ont permis de passer une nuit correcte alors qu’au départ, nous devions nous relayer… mais bon quand même…

      Quand vous reviendrez, vous pourrez découvrir l’inverse : la pénombre de midi 😉 Ahah, que de bonnes choses en perspective !!

  5. C’est sûr que là vous n’allez pas manquer de vitamine D !

    Les couleurs du ciel la « nuit » sont vraiment magnifiques. On dirait que le soleil a envie de se coucher mais qu’il ne trouve pas son chemin donc se dit tant pis, faisons une nuit blanche.

  6. Cela doit quand même être sacrément perturbant pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude de ce genre de choses comme moi, des journées très longues, puis très courtes … Ca doit vraiment être intéréssant à vivre n’empêche

    • C’est dépaysant, c’est vrai… Pour autant, nous aimons la beauté de ces journées atypique. Nous savourons réellement ces lumières ou obscurités, ces coloris… Bon, c’est vrai aussi qu’on l’a choisi 😉

  7. Même en photo et en mots j’adore parler des jours les plus longs.C’est une experience de voyage que ‘avais rencontré en Suede.Oui,on sy habitue et l’organisme accepte le sommeil.Mais je vous assure que se lever à 3 plombes du mat en plein soleil,c’est bluffant!thx for your aticle

    • Oh que oui, le jour permanent, c’est perturbant. Mais on s’y fait tellement que le retour de l’obscurité est tout aussi déstabilisant ! Et puis on s’y fait de nouveau… et ainsi de suite 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *