La motion de censure au Parlement a été rejetée

Une motion parlementaire demandant un vote de censure à l'égard du gouvernement a été rejetée hier soir, peu avant 23 heures. La proposition a été rejetée par 35 voix contre 25.

La proposition a été soumise par le Parti populaire et le Parti pirate et a été accueillie par Inga Sæland, présidente du Parti populaire, hier à 17 heures. La proposition était que le parlement islandais, Alþingi, décide d'exprimer sa défiance à l'égard du gouvernement et d'exprimer son souhait que le parlement soit dissous d'ici le 26 juin et que des élections générales aient lieu le 7 septembre.

Björn Levi Gunnarsson, député du Parti Pirate.

Björn Levi Gunnarsson, député du Parti Pirate.

Les discussions se sont poursuivies jusqu'à 22h15, après quoi la séance a été interrompue. La séance a repris à 22h30 et un grand nombre de députés se sont exprimés sur le vote de la résolution.

On ne peut plus faire confiance au gouvernement

«Nous ne parlons pas seulement ici du manque de confiance, mais aussi de la demande d'un démantèlement du Parlement et de nouvelles élections. La proposition est présentée au nom de tous ceux qui ont renoncé à la coalition gouvernementale entre le Parti de l'indépendance, le Parti progressiste et le Mouvement gauche-vert. Nous envoyons un message clair au gouvernement : il n'est plus digne de confiance », a déclaré Inga Sæland dans son discours.

Inga Sæland, présidente du Parti populaire.

Inga Sæland, présidente du Parti populaire.

Pourquoi perdre notre temps sur de telles questions

Le Premier ministre Bjarni Benediktsson a déclaré au début de son discours que tous ceux qui participent au parlement de l'Althingi ont le droit d'être fiers de participer à la session législative.

« Mais il y a des moments où l'on sent que nous échouons et je me demande ici, quand il y a une méfiance à l'égard du gouvernement, pourquoi perdons-nous notre temps sur de telles questions ? » » a déclaré Benediktsson.

Il a déclaré qu'il serait préférable d'avoir une discussion générale sur la situation politique plutôt qu'une discussion spécifique sur ce que le gouvernement veut faire avec ses principales politiques.

Þorgerður Katrín Gunnarsdóttir, présidente du Parti réformiste.

Þorgerður Katrín Gunnarsdóttir, présidente du Parti réformiste.

Le Parti réformiste soutient la méfiance à l’égard du gouvernement

Þorgerður Katrín Gunnarsdóttir, président du Parti réformiste, a déclaré lors du débat sur la motion de censure du Parti populaire et du Parti pirate contre le gouvernement, que le Parti réformiste soutiendrait la motion de censure.

Selon elle, il ne devrait jamais être facile d'appeler à la méfiance, mais il s'agit néanmoins d'un droit démocratique pour chaque parlementaire d'exprimer sa méfiance.

« Nous avons besoin d’un gouvernement qui fonctionne, ce qui n’est pas le cas de ce gouvernement. Nous avons besoin d’un gouvernement qui prend des décisions et ne laisse pas les conflits internes tout arrêter. Nous ne pouvons pas avoir un gouvernement qui freine alors que le peuple doit avancer », a déclaré Gunnarsdóttir dans son discours.

Bryndís Haraldsdóttir, député du Parti de l'indépendance.

Bryndís Haraldsdóttir, député du Parti de l'indépendance.

Þorbjörg Sigríður Gunnlaugsdóttir, député du Parti réformateur.

Þorbjörg Sigríður Gunnlaugsdóttir, député du Parti réformateur.