Une nouvelle loi limite les locations Airbnb

Les entreprises ne sont plus autorisées à louer des logements classés comme logements résidentiels sur des sites de location courte durée comme Airbnb. C'est le résultat d'une nouvelle loi, dirigée par la ministre de la Culture et des Affaires économiques, Lilja Alfreðsdóttir, qui a été adoptée la semaine dernière à Alþingi, le Parlement islandais, rapporte Mbl.is.

La loi est une réponse à la hausse des prix de l'immobilier en Islande et au boom d'Airbnb dans le centre-ville de Reykjavík.

Exception pour les propriétaires

Malgré ce changement, les propriétaires d'appartements peuvent toujours louer leurs logements jusqu'à 90 jours par an pour un montant maximum de 2 millions ISK (14 300 $, 13 300 €). « Une fois ce seuil atteint, le propriétaire ne peut plus demander de permis d'hébergement, ce qui était une pratique courante jusqu'à présent », indique un communiqué de presse du ministère. « Les permis d'hébergement ne seront délivrés que pour les logements commerciaux ou les unités situées à la campagne, c'est-à-dire les hébergements à la ferme. Nous avons réitéré que les familles d'accueil sont toujours soumises à un enregistrement et à une licence qui doit être renouvelée chaque année.

Viser à augmenter l’offre de logements

La nouvelle loi a pour objectif de stimuler l'offre de logements résidentiels dans et autour de la région de la capitale, afin de répondre à la demande croissante de logements. « Avec ce changement, la différence entre les logements résidentiels et commerciaux sera plus claire en ce qui concerne l'hébergement et nous examinons l'utilisation réelle des unités », a déclaré Lilja. « Il n'est plus possible d'acheter des logements résidentiels urbains et de les louer pour plus de 90 jours, comme nous l'avons vu dans le centre-ville de Reykjavik, où même des immeubles entiers ont été transformés en hôtels. »