Un mois depuis le début de l'éruption

Aujourd'hui, un mois s'est écoulé depuis l'éruption qui a lieu actuellement dans la rangée du cratère Sundhnúkagígar. L'éruption, qui a débuté dans la soirée du 16 mars, est la quatrième depuis le début de l'accumulation de magma sous Svartsengi fin octobre 2023.

L'éruption a été la plus longue de toutes les éruptions sur la rangée de cratères Sundhnúkagígar dans cette série d'éruptions et la deuxième plus longue des éruptions sur la péninsule de Reykjanes depuis 2021.

Court préavis

Il est rappelé que le préavis de l'éruption a été court, mais un petit essaim de tremblements de terre a commencé vers 19h30 le 16 mars, et son intensité a augmenté de 19h40 et les GPS-mètres ont montré des signes de déformation qui indiquaient qu'une coulée de magma avait commencé. L'éruption a commencé à 20h23 et la fissure éruptive mesurait près de 3 km de long et s'étendait de Stóra-Skógafell au mont Sundhnúkur.

« Au début de l’éruption, la lave coulait principalement vers le sud et le sud-est, le long des murs de défense en direction de la route Suðurstrandarvegur, et au nord-ouest en direction de la route Grindavíkurvegur. Environ quatre heures après le début de l'éruption, de la lave a coulé sur la route de Grindavíkurvegur, près du nord de Svartsengi. La vitesse de la langue de lave, qui s'est déplacée vers le sud le long des barrières côtières, telle que mesurée par les vols de surveillance des garde-côtes islandais, était d'environ 1 km par heure », indique un communiqué du Met Office islandais.

Seule l'éruption du mont Fagradalsfjall a duré plus longtemps

L'éruption actuelle était la plus longue de toutes les éruptions sur la rangée de cratères Sundhnúkagígar dans cette série d'éruptions et la deuxième plus longue des éruptions sur la péninsule de Reykjaness depuis 2021.

« La première éruption du mont Fagradalsfjall, qui a débuté en mars 2021, a été plus longue, mais elle a duré environ 6 mois. L'éruption du Merardalir en août 2022 a duré 18 jours et celle du Litli-Hrútur en juillet 2023 a duré 26 jours. Les trois éruptions précédentes dans la série de rangées de cratères Sundhnúkagígar ont été de courte durée.

L'éruption est stable

L'éruption est désormais stable mais diminue très lentement selon Benedikt Gunnar Ófeigsson, spécialiste du Met Office islandais.

« Le débit diminue lentement, mais il n'est pas possible de le voir d'un jour à l'autre, car nous cherchons depuis plusieurs semaines à la fois. Il n’est toujours pas possible de prédire la fin de l’éruption dans l’état actuel des choses, même si nous nous en rapprochons.

Une partie du magma accumulé sous Svartsengi

Ófeigsson dit que l'essaim sismique de dimanche confirme le fait que l'éruption a diminué. « Dans le même temps, nous constatons une augmentation de l’inflation sous le Svartsengi, ce qui est tout à fait cohérent avec le fait que le débit de l’éruption diminue. Une partie du magma provenant des profondeurs s’accumule sous Svartsengi, mais le cratère ne peut pas absorber la totalité du flux.

L'éruption actuelle ressemble plus à l'éruption du Fagradalsfjall qu'à l'éruption des derniers mois, notamment en raison de la durée de l'éruption. « C'est un peu plus similaire, cependant, au mont Fagradalsfjall, nous n'avons jamais eu de chambre magmatique aussi peu profonde, mais le magma montait directement des profondeurs. » Lorsqu'on lui demande ce qui pourrait causer cela, il répond qu'il faut une période de recherche beaucoup plus longue pour y répondre.

« Il existe différentes conditions sous Svartsengi qui permettent à la croûte de collecter du magma, ce qui est comparable, par exemple, au système volcanique d'Askja. Mais ces conditions ne sont pas présentes au mont Fagradalsfjall.