Le port de Grindavík prend vie

Il est prévu que la semaine prochaine, toutes les opérations du port de Grindavík reprennent vie. « Nous devons commencer à rentrer chez nous », déclare Elvar Hreinsson, directeur général de Klafar hf. L’entreprise travaille depuis longtemps sur les services de débarquement de bateaux et de chalutiers depuis Grindavík, mais depuis novembre dernier, la plupart d’entre eux ont été débarqués à Hafnarfjörður. Parfois, des bateaux arrivent avec leurs prises à Grindavík, mais c’est une exception.

« Il y a eu un bateau partout dans le port ici ces dernières semaines », a déclaré à Morgunblaðið le maire de Hafnarfjörður, Lúðvík Geirsson. « Des bateaux et des chalutiers de la plupart des entreprises de pêche de Grindavík sont venus ici et ont reçu des services. Par ailleurs, la suite de cette situation n’est pas claire, les entreprises ne sont pas toujours informées à long terme de l’endroit où les bateaux arriveront.»

Elvar Hreinsson, directeur général de Klafar hf.

Elvar Hreinsson, directeur général de Klafar hf.

Gjögur hf. opère à Grindavík depuis longtemps, et c’est à partir de là que sont exploités les remorqueurs de l’entreprise ; Áskell ÞH et Vörður ÞH. « Nous opérons depuis Hafnarfjörður depuis novembre. La suite est indécise, mais désormais nos bateaux sont sortis. Nous sommes généralement en mer pendant deux ou quatre jours. Je compte atterrir ce week-end puis à Hafnarfjörður, mais nous verrons ensuite », déclare Ingi Jóhann Guðmundsson, l’armateur.

L’avenir est en jeu

Lorsque la ville de Grindavík a été évacuée en raison du danger, Klafar hf. ont déplacé tout leur équipement, leurs voitures et dix ascenseurs à Hafnarfjörður, où l’équipe d’atterrissage compte environ 20 personnes. « Il s’agit maintenant de relancer l’activité à Grindavík et de relancer les activités de la ville avec les revenus dont elle a tant besoin », déclare Elvar Hreinsson.

« Les opérations de pêche doivent reprendre et les choses doivent revenir à la normale. Toutes les conditions sont réunies pour cela et il en va de l’avenir de la ville. Il semble clair qu’une éruption volcanique ne se produira pas à l’intérieur de la ville, comme le prévoit la construction d’un mur de défense, qui arrivera en fait trop tard. Ici, les gens sont parfaitement conscients du risque et doivent décider eux-mêmes s’ils veulent rester ici. »

Sturla GK est revenu de la pêche jeudi avec un…

Sturla GK est revenu de la pêche jeudi avec une prise de 27 tonnes.

Premier atterrissage jeudi dernier

Jeudi matin, avant 10 heures, le premier débarquement de l’année dans le port de Grindavík était terminé. C’est le chalutier Sturla GK, propriété de Þorbjörn, qui a débarqué 27 tonnes de poisson selon Sigurður Arnar Kristmundsson, le directeur du port de Grindavík.

Sturla GK a quitté Hafnarfjörður le 2 janvier et pêchait à l’ouest de Sandgerði.

La capture est d’environ 27 tonnes, réparties en 11 tonnes d’aiglefin, 10 tonnes de morue et les 6 dernières tonnes de poissons mélangés. Kristmundsson s’attend à ce qu’une partie des captures soit acheminée vers l’usine de transformation du poisson Þorbjörn à Grindavík et une autre partie vers le marché aux poissons. Sturla GK a repris la pêche la même nuit.

Débarquement du poisson à Grindavík

Selon Kristmundsson, le capitaine Birgir Laufdal et le pilote Páll Árni sont tous deux enclins à atterrir autant que possible dans le port de Grindavík.

En outre, le cargo Vermland est arrivé au port jeudi matin et a déchargé environ 30 tonnes d’aliments pour poissons pour l’entreprise piscicole Benchmark Genetics.

«J’étais juste excité d’avoir de l’action ici. Espérons que ce ne soit que le début », dit-il.

Il s’attend à ce que l’activité recommence à croître.

« Sans compter que si nous obtenons un vent du nord, je m’attends simplement à ce que tous les navires viennent ici pour atterrir », conclut-il.