Des mois avant que les habitants de Grindavík puissent rentrer chez eux

Il faudra des mois avant que tous les habitants de Grindavík, une ville du sud-ouest de l’Islande, puissent rentrer chez eux. Le gouvernement islandais a tenu une conférence de presse à 11h30 ce matin pour présenter un plan d’action sur l’aide au logement pour les habitants de la ville, qui ont été évacués de leurs maisons le 10 novembre en raison de puissants tremblements de terre et de la menace d’une éruption volcanique.

Aide financière et appartements en location

Les résidents de Grindavík recevront une aide financière pour les aider à payer leur loyer pour un logement temporaire. Le montant de l’aide sera fonction du nombre de personnes dans chaque foyer. La société de location Bríet achètera jusqu’à 150 appartements sur le marché afin de les mettre à la disposition des résidents déplacés de Grindavík, et la société de location Bjarg en achètera jusqu’à 60 spécifiquement destinés aux ménages à faible revenu.

Un groupe de travail étudie également la possibilité d’importer des logements. La Première ministre islandaise, Katrín Jakobsdóttir, a déclaré que les mesures d’aide au logement seraient discutées au Parlement la semaine prochaine. Katrín a déclaré qu’elle s’attend à ce qu’un projet de loi sur le soutien financier aux habitants de Grindavík soit également adopté la semaine prochaine.

Infrastructure de services publics pour déterminer quand les résidents peuvent revenir

La date à laquelle les habitants de Grindavík seront autorisés à rentrer chez eux dépend de l’état des infrastructures de services publics de la ville, dont certaines ont été endommagées par de puissants tremblements de terre au début du mois. Les autorités municipales de Grindavík doivent faire évaluer l’état des infrastructures de services publics. Il est possible que les habitants soient autorisés à réintégrer la ville par étapes, car l’ampleur des dégâts varie selon les quartiers.

La ville reste pour l’instant sous le coup d’un ordre d’évacuation. Bien que le Département de la protection civile et de la gestion des urgences ait abaissé sa phase d’urgence à une phase de danger, les experts affirment qu’il existe toujours une possibilité d’éruption volcanique dans la région. L’endroit le plus probable d’une éruption est actuellement considéré comme la montagne Hagafell, au nord-est de Grindavík.