Un avocat islandais appelle à une action contre les titulaires de visa pour Gaza

Le gouvernement islandais travaille trop lentement pour sauver les titulaires de visa islandais de Gaza, déclare un avocat représentant une famille palestinienne en attente d’être réunie. Elle a déposé une plainte auprès du Médiateur parlementaire en raison de l’inaction du gouvernement dans leur cas. L’avocat affirme que le gouvernement islandais est responsable de ces individus sur la base du droit humanitaire.

Femme et enfants coincés à Gaza

Jóna Þórey Pétursdóttir est une avocate qui représente une famille palestinienne à qui les autorités islandaises ont accordé un visa de regroupement familial. Le père est en Islande depuis février 2023, mais sa femme et ses enfants sont toujours à Gaza, bien qu’ils aient obtenu un visa de regroupement familial par les autorités islandaises en décembre dernier.

« Le problème réside dans la rapidité de l’affaire et dans la responsabilité du gouvernement islandais, à la fois sur la base du droit humanitaire et de ses obligations en matière de droits de l’homme. L’intérêt est bien sûr le droit à la vie, l’interdiction des traitements inhumains et le droit à la vie familiale », a-t-elle déclaré à RÚV.

Des enfants en danger immédiat

La Cour internationale de Justice de La Haye a confirmé qu’il existe une possibilité qu’un génocide se produise à Gaza. L’Islande étant partie à la Convention de Genève, le gouvernement islandais est tenu de prévenir le génocide et la complicité dans le génocide. « Il y a trois enfants là-bas et ils courent un danger immédiat de souffrance et de mort », a déclaré Jóna.

Jóna affirme que sa plainte est actuellement traitée par le Médiateur parlementaire. Elle ajoute que cette proposition a été soumise afin de maintenir la pression sur les autorités et « d’obtenir des réponses sur ce qui est réellement fait et de garantir réellement que des mesures adéquates soient prises ».

Des volontaires ont aidé 24 personnes à quitter Gaza

Une centaine de Palestiniens à Gaza, pour la plupart des enfants, sont titulaires de visas islandais sur la base du regroupement familial. Alors que d’autres pays nordiques ont aidé les titulaires de visa à franchir la frontière de Rafah, le gouvernement islandais ne l’a pas encore fait. Pendant ce temps, un groupe de civils islandais a déjà fait sortir 24 titulaires de visa islandais de Gaza par la frontière de Rafah et poursuit ses efforts. Début février, les autorités islandaises ont envoyé trois représentants au Caire pour enquêter sur ces cas, mais leurs efforts n’ont pas encore permis aux titulaires de visa de franchir la frontière.