Soupçon de propagation de la rougeole dans le nord-est de l'Islande

Les autorités sanitaires soupçonnent un deuxième cas de rougeole dans le nord-est de l'Islande, lié à celui diagnostiqué le week-end dernier, rapporte le RÚV. Le cas confirmé concerne un adulte non vacciné qui n’est pas gravement malade. Le personnel d'un lieu de travail à Þórshöfn et ceux qui ont assisté à un grand événement à Vopnafjörður le week-end dernier ont été invités à rester à l'écart des autres lorsque cela est possible et à surveiller eux-mêmes les symptômes de la rougeole au cours des trois prochaines semaines.

Les enfants non vaccinés en danger

La rougeole est une maladie très contagieuse. Cela commence normalement par des symptômes semblables à ceux d’un rhume, suivis d’apparitions de taches rouges sur la peau plusieurs jours plus tard. L’infection est très peu probable chez les personnes entièrement vaccinées contre la rougeole. Selon l'épidémiologiste en chef Guðrún Aspelund, la principale préoccupation des autorités sanitaires est que la maladie continue de se propager parmi les personnes non vaccinées du nord-est de l'Islande, en particulier les enfants.

Le centre de santé de la région a commencé à administrer des vaccinations à Þórshöfn et Vopnafjörður afin de minimiser la probabilité d'une épidémie plus importante. Des vaccins sont proposés aux enfants qui n’ont pas encore reçu leur vaccin de routine contre la rougeole mais qui sont proches de l’âge standard au moment où il est administré.

Envisager une vaccination plus précoce

En Islande, les enfants reçoivent actuellement leur première dose de vaccin contre la rougeole à 18 mois et une deuxième dose à 12 ans, mais les autorités discutent actuellement de la question de savoir si la deuxième dose devrait être administrée plus tôt en raison de l'incidence croissante de la rougeole en Europe et en Islande. Guðrún affirme que le taux de vaccination contre la rougeole est généralement bon dans le nord-est de l'Islande.

Premier cas en cinq ans

En février dernier, l'Islande a diagnostiqué son premier cas de rougeole en cinq ans chez un voyageur adulte en visite dans le pays. Selon une étude récente de la Direction de la Santé, la participation à la vaccination contre la rougeole est passée d'environ 93 à 95 % à environ 90 % ces dernières années, ce qui est trop faible pour maintenir l'immunité collective.