Nouvelle application de paiement lancée en 2024

La Banque centrale d’Islande est à l’avant-garde d’une nouvelle application de paiement mobile pour smartphones qui sera introduite dès l’automne 2024, rapporte Heimildin. Une fois opérationnelle, l’application devrait contribuer à faire baisser les prix et à stabiliser les systèmes de paiement, selon le vice-gouverneur de la Banque centrale, Gunnar Jakobsson. Plus de 90 % des transactions en Islande sont désormais effectuées avec des cartes de paiement.

Similaire aux applications au Danemark, en Suède et en Pologne

Les institutions financières islandaises et la Banque centrale ont convenu de développer une solution de paiement peer-to-peer qui permettrait aux consommateurs d’acheter des biens et des services sans utiliser les systèmes de paiement VISA ou Mastercard. Le consommateur peut télécharger cette application sur son téléphone et payer par virement bancaire direct. Le service serait similaire à MobilPay au Danemark, Swish en Suède et Blik en Pologne.

Le Premier ministre Katrín Jakobsdóttir devrait présenter un projet de loi exigeant la participation des institutions financières, qu’Alþingi devra promulguer. L’objectif des autorités est d’accroître la stabilité et la sécurité des systèmes de paiement en Islande, avec pour effet secondaire possible de réduire les coûts des transactions financières dans le pays grâce à une solution moins coûteuse. Dans l’état actuel des choses, les Islandais dépensent plus en frais de carte de crédit que leurs homologues nordiques.

Le marché dicte qui en profite

Seuls deux à trois pour cent des paiements en Islande sont effectués en espèces, la grande majorité étant effectuée par carte. Gunnar dit que cette scission est inacceptable aux yeux de la Banque centrale du point de vue de la sécurité. Par exemple, une cyberattaque contre un fournisseur de services en novembre a interrompu les paiements pendant des heures. Il fait valoir qu’une solution intermédiaire consistant en des virements bancaires simplifiés augmenterait la stabilité et réduirait également les coûts auxquels les consommateurs sont confrontés pour l’utilisation quotidienne de leur carte.

« Il est souvent difficile d’avoir une vue d’ensemble, mais si nous parvenons à réduire le coût des systèmes de paiement dans le pays, les données économiques nous disent que cela devrait éventuellement conduire à une baisse des prix », a déclaré Gunnar à Heimildin. « Qui profite de la baisse des prix, que ce soit le consommateur ou le fournisseur de biens et de services, c’est ce que dictera la concurrence sur le marché. »