Ouf, on a échappé au « Red Christmas » !!!

Ça fait un petit moment que je n’ai pas eu le temps d’écrire… en 2017, il va falloir s’améliorer ! En attendant, l’automne et le début d’hiver de 2016 nous ont montré une autre facette de ce pays que nous continuons d’apprendre à connaître, avec une succession de tempêtes, beaucoup de vents, de pluie et des températures rarement négatives. Tant et si bien que nous avons failli découvrir un évènement bien particulier – que nous ne pensions d’ailleurs pas possible avant cet hiver atypique – : un « Red Christmas ». Je vous arrête tout de suite, un noël rouge n’est pas un noël sanglant, n’en déplaise à Fernandel ou même à Balzac. C’est tout simplement un noël sans neige. Tout simplement peut-être, mais pas en Islande… Un noël sans neige, à 66°N de latitude, vous imaginez vous ? Eh bien nous non plus.

Il faut dire que depuis la fin de l’été, nous n’avons pas été gâtés : de tempêtes en tempêtes, avec des températures records, on peinait à voir l’hiver s’installer. Nous avions bien eu quelques flocons par-ci par-là et, optimistes, nous avions mêmes ressorti la luge dès que les sols avaient commencé à blanchir… en vain, dès le lendemain matin, la neige disparaissait aussi vite qu’elle était arrivée. Les minis Puffins commençaient à s’impatienter.. et nous aussi il faut bien l’avouer. C’est vrai, quoi, un hiver en Islande sans neige, c’est pas fun ! Ok, nous n’avions pas vraiment froid non plus. Cela dit, ça a aussi des bons côtés, comme ne pas avoir à changer les pneus de la voiture – pour des pneus d’hiver cloutés – dès le mois d’octobre comme l’année passée, ou bien de ne pas avoir à fournir de tenue de rechange quotidienne au jardin d’enfant pour les minis Puffins qui arrivent toujours à se tremper dehors lorsque la neige est au rendez-vous, et ce malgré leurs combinaisons, gants et autres boots et bonnets !

Températures décembre Islande

Mais bon, les meilleurs plaisanteries sont les plus courtes, et nous avions hâte de voir les paysages enfiler leur beau manteau hivernal. Et nous n’étions pas seuls. Les Islandais eux-même – qui étaient pourtant ravis au début de l’automne que les températures estivales jouent les prolongations – commençaient à ne plus voir d’un très bon oeil ce climat détraqué. Et puis un jour, la rumeur grandissante du redouté « Red Christmas » dont tout le monde parlait officieusement fut confirmée officiellement par les météorologues nationaux. Pas cool. Nous allions avoir l’air de quoi nous s’il n’y avait pas de neige à Noël ? Parce que les Puffins avaient de la visite ce noël. De la famille proche qui s’était préparée pour découvrir un noël quasi-polaire. Tout l’équipement était prêt, mais point de neige à l’horizon… les températures étaient même parfois plus généreuses ici qu’en France ! Quant à voir des aurores boréales, l’expérience semblait sérieusement compromise : non pas qu’il n’y ai point… mais impossible de les voir derrière les épais nuages des dépressions successives. Bref, on était loin des jolies images d’épinal de paysages enneigés et de ciel bleu de l’année passée. Bon, au moins, la nuit la plus longue serait bien au rendez-vous, elle et le choc thermique moins brutal – nous nous rappelons bien des -20°C de notre premier noël ici -… et les valises seraient beaucoup moins lourdes une fois enlevées les moonboots et autres divers accessoires devenus inutiles ! Il faut voir les choses du bon côté. Mais quand même…

Premières neiges

Fort heureusement, cette météo frondeuse n’a pas poussé la rébellion jusqu’au reniement des traditions : noël, c’est sacré ! Et comme par magie, la neige s’est mise à tomber. Le 20 décembre. Et elle n’a pas fait semblant : très vite, les paysages se sont couverts des 20 cms nécessaires pour un minimum de crédibilité ! Nous avons donc pu emménager à 14 pour une semaine dans un gîte entre fjord et montagnes gelées – mais à 5 minutes de la « ville » la plus proche tout de même, c’est plus pratique pour l’essence et les courses, ne perdons pas de vue la logistique… -. Il faut bien avouer que le gîte en question – une vieille maison islandaise en bois rénovée à l’ancienne -, dans ces paysages sublimes était juste parfait pour l’occasion. Rajoutons à cela la nuit présente une bonne partie de la journée et les flocons qui animent l’obscurité… et le décor est planté. Une maison authentique dans un décor typique : le cocon parfait pour un noël unique ! Bon, à l’intérieur, vous avez 3 minis puffins sur-ex-ci-tés par les retrouvailles et l’approche de noël plus leurs cousin-cousine… ce qui donne une ambiance un poil moins zen que dehors, des nuits plus courtes et quelques maux de tête, très vite oubliés au milieu des souvenirs des moments partagés.

Noel en Islande sous la neige

Donc la neige, c’était fait. La nuit la plus longue, c’était fait aussi. Le geyser et autres ballades, aussi – mais pas trop parce que les heures de clartés comptées et certains pneus usés non cloutés et autres véhicules non 4×4 ne nous permettaient pas de grandes virées. Restait plus que les aurores boréales. Notre mission, que nous avions acceptée, scruter les cieux et l’horizon à chaque occasion pour déceler le moindre rayon lumineux céleste de saison. Et aurore boréale il y a eu. Si, si ! Et pas n’importe quel jour : le soir du réveillon du 24 décembre s’il-vous-plait. On aurait voulu le faire exprès qu’on n’y serait jamais arrivé… et elle avait tellement bien choisi son moment qu’elle n’aurait certainement pas pu être plus belle. Les anges-gardiens de nos proches avaient bien bossé ou super bien négocié…

Aurore boréale de noël

(Merci à un super tonton pour la photo)

Nos rêves furent donc certainement remplis de ciels colorés cette nuit-là, même s’il fallut tout de même très vite se réveiller le lendemain matin. Car tous les parents le savent, si la nuit la plus longue est celle du 21 décembre, la nuit la plus courte est indubitablement celle du 24 au 25 du même mois ! Évidemment toute la marmaille, déjà difficile à endormir, a ouvert grand les yeux très tôt le 25 au matin, et il ne fut pas évident de faire respecter l’horaire décent choisi par les grands pour lâcher les fauves. Parce que oui, à cet instant précis, les minis Puffins n’étaient plus des oisillons mais de véritables petits lions – c’est petit Puffin junior qui a du être content – ! Mais comment leur en vouloir ? S’il y a bien un jour dans l’année qui justifie une telle excitation, c’est bien le jour de noël, non ? Et ce qui est merveilleux en devenant parent, c’est que la magie de noël se perpétue avec nos enfants. J’ai toujours personnellement énormément aimé noël, pour le temps que l’on prend enfin pour passer du temps ensemble et parce que les gens sont généralement heureux à cette période et profitent de ces doux moments. Enfant, je comptais les jours jusqu’à cette période exceptionnelle. Aujourd’hui, je suis aussi émue de voir la joie que mes petits oiseaux devant leurs paquets… et je suis sûre qu’en les regardant déballer leurs cadeaux, mes yeux brillaient autant que les leurs…

Noel en Islande - Les chaussures presque sous le sapin

Évidemment, entre cadeaux et provisions, c’est en plusieurs voyages que nous sommes rentrés à la maison. De toutes façons, nos proches n’étaient pas encore arrivés chez eux qu’une nouvelle tempête touchait l’Islande. Le lendemain matin de leur départ, il n’y avait déjà plus de neige… on en rigole encore ! Difficile de faire un meilleur timing… mais il paraît que nos proches ont des entrées au syndicat d’initiative, haha.


Nous n’avons donc pas connu de « Red christmas », phénomène aussi rare que redouté – parce qu’il n’est pas aimé – par les islandais. Mais nous avons testé une jolie recette de fin d’année : dans un gîte en pleine campagne, mélangez quatorze parents, enfants, tatas et autres tontons, ajoutez une bonne dose de neige, un zeste de fraicheur nordique et une pincée d’aurores boréales… c’est juste délicieux à déguster !

 

 


PSST ! Vous recherchez une idée de cadeau original ?
Et pourquoi pas un produit naturel artisanal d’Islande ?
On a un bon plan pour vous. Qualité et originalité garanties !

www.icelanded.com

Découvrez icelanded.com et trouvez LE cadeau original – ou pourquoi pas les cadeaux originaux – parfait : bijoux originaux et bijoux artisanaux, en perles de lave, bijoux femme, collier femme et bijoux homme ou colliers fantaisies et bijoux pas cher, vous n’aurez que l’embarras du choix !

Ou bien peut-être préfèrerez-vous succomber au dépaysement d’une toile photo ou d’un poster de paysages venus d’ailleurs, au pays des volcans et des cascades à la limite du cercle polaire.

Votre seul soucis maintenant ? Réussir à faire un choix !

www.icelanded.com

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2017

10 réflexions sur “Ouf, on a échappé au « Red Christmas » !!!

  1. Très belle description de notre merveilleux Noël Islandais! Je savais que ce pays ferait tout son possible pour nous montrer ses plus belles facettes et il l’a fait de la meilleure façon possible! Il sait acceuillir ses hôtes c’est incontestable!

    • Oui, vous avez été gâtés 😉 Une petite pensée pour tous ceux que l’on croise depuis quelques semaines, qui ont fait le déplacement exprès pour voir des aurores boréales et qui repartent bredouilles à cause du mauvais temps…

  2. En effet, Noël était bien blanc cette année, de ce blanc qui fait la douceur d’être ensemble dans un cocon bien douillet à regarder les gros flocons se poser avec grâce partout autour de nous et à perte de vue.
    Point besoin de fermer les rideaux, nous étions en harmonie avec cette nature.
    Et puis, pourquoi ne pas guetter chaque nuit le passage furtif d’un lutin de Noël (car il y en avait à n’en pas douter) venu garnir les bottes de nos oisillons de toutes espèces.
    Merci pour ce très beau Noël gravé dans nos cœurs pour très longtemps.

    • C’est vrai ça, j’ai oublié nos copains les lutins dans tout ça !! Les oisillons revenus à la maison s’en souviendront-ils l’année prochaine… ?

      Merci à vous tous d’être venus partager avec nous ce moment si particulier de nos vies ici dont nous nous souviendrons longtemps aussi.

  3. Merci à vous de partager votre nouvelle vie en Islande.
    Mon rêve est de venir y habiter alors je viens deux mois dès mai pour découvrir cette merveilleuse île avec ma tente et mon duvet, en espérant trouver quelques opportunités professionnelles pour le futur….

    En attendant de pouvoir réaliser mon rêve, en espérant qu’il se réalise, je lis vos temoignages et cela m’aide à patienter. J’ai l’impression d’y être.

    Un grand merci à vous.

    Jennifer.

    • Bonjour Jennifer,
      C’est un joli projet 😉
      L’été est une bonne période pour chercher un job en Islande : en saison, l’activité touristique boost les emplois, parfois saisonniers, parfois permanents. Pour un 1er boulot, lorsqu’on ne connaît pas la langue, c’est l’hôtellerie et le tourisme qui recrutent le plus… surtout sur Reykjavík et alentours. Après, le porte-à-porte fait son œuvre…
      Merci pour ton gentil message, si tu as des questions, n’hésites pas.
      Bons préparatifs 🙂

      • Merci pour votre réponse.

        J’ai un diplôme de gouvernante en hôtellerie, peut-être cela pourra t’il m’aider, je l’espère.

        Je ne manquerai pas de revenir vers vous lorsque j’en aurai besoin, fallait pas me le proposer deux fois, ha ha !

        A très vite et au plaisir de lire vos nouvelles aventures.

        Jennifer.

        • Avec plaisir 🙂

          L’hôtellerie recrute, et des étrangers notamment. Surtout sur Reykjavík, même si ça se développe un peu partout dans le pays. C’est plutôt une bonne base en effet !

          À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *