« What a wonderfull world »

Le mois de février nous a offert quelques très beaux week-ends, nous permettant de magnifiques ballades, Youpiii ! Et en particulier ce week-end-là… En Islande, le temps change souvent… et rapidement. Du coup, difficile de prévoir à l’avance nos prochaines escapades. Nous avons donc établi un aperçu des endroits que nous souhaitons découvrir – ou redécouvrir ! -, et attendons le week-end en scrutant le ciel… et l’appli météo bien sûr. Où alors nous sautons sur l’occasion d’une éclaircie imprévue… bref, l’essentiel est d’être a-da-ptable ! Nous voilà donc ce beau samedi matin ouvrant les yeux – et les rideaux – sur un magnifique ciel bleu illuminé par un grand soleil. Pas un nuage à l’horizon. Bon, il fait toujours -12°C dehors, mais ça, c’est un détail dont nous avons appris à nous accommoder, et nous n’avons pas mis longtemps pour nous décider : aujourd’hui la famille puffin sera de sortie ! Et pas n’importe laquelle, ça faisait un moment que nous voulions voir de nos propres yeux le panorama le plus photographié d’Islande…

Ce matin, la procédure – oui, oui, même dans la famille Puffins où l’organisation est un concept que nous avons su tellement bien personnaliser que personne ne doit l’appliquer de manière aussi abstraite que nous, il y a des procédures… impossible de faire autrement à 5 ! – est la même que tous les matins de week-end (bon, ok, et de la semaine, en plus stressé et sans M. Puffin qui est déjà parti au travail) : un lever, un petit déjeuner et des préparatifs bruyants, entre les cris d’excitation des minis Puffins et les tentatives désespérées des grands Puffins d’arriver à nourrir et habiller toute la tribu en limitant la casse…

Après un premier arrêt ravitaillement, nous sommes fin prêts pour notre échappée. Direction Kirkjufell ! Comme cette montagne se trouve sur la péninsule de Snæfellsnes, nous commençons par suivre le même chemin que pour l’anniversaire de Melle Puffin. Évidemment en hiver les couleurs sont différentes… et c’est toujours aussi magnifique – vous auriez été étonné que je vous dise le contraire, hein, avouez – ! Le trajet aller initialement annoncé 1h30 par le GPS dure finalement presque 3h… mais nous avons désormais appris à calculer nos temps de déplacement en y intégrant l’inévitable et nécessaire « picture time ».

 

« Elle est où la montagne ? » claironnent en coeur les minis puffins pendant les 3 heures du trajet aller.

Au lieu de faire le tour de la péninsule, nous coupons cette fois-ci au travers de sa chaîne de montagne centrale. L’épaisseur de neige y est presque aussi haute que M. Puffin et nous traversons ces paysages, impressionnés, en suivant le couloir formé par les chasse neige. La vue sur l’Océan en arrivant sur la côte Nord est juste somptueuse – et évidemment, le rendu est décevant en photo… mais on vous la met quant même 😉 -. Nous parcourons ensuite champs de lave enneigés qui font face à l’océan et fjords d’un bleu gelé accentué par le reflet du ciel immaculé… Et puis la voilà. Je ne la reconnais pas au premier coup d’oeil parce qu’elle a cette particularité d’avoir été façonnée par deux glaciers l’encadrant sur chacun de ses flancs pendant l’ère glaciaire. Beaucoup plus longue que large du coup, nous la voyons d’abord sous l’angle de la longueur et elle se distingue au milieu du paysage par ses différentes strates volcaniques issues de coulées vieilles de plusieurs millions d’années. Ne l’ayant auparavant vu que sous son angle le plus connu, c’est-à-dire sa face étroite, je me demande même si mon cher et tendre Puffin ne se moque pas de nos oisillons en répondant que la montagne est devant nous à leur énième demande – vous voyez le voyage de Shrek, Fiona et l’Âne pour Fort Fort Lointain dans Shrek 2 ? Ben c’est un peu l’idée ! -… mais non… et je découvre à mon tour cette singularité qui lui vaut sa notoriété (au moins en partie).

En sortant du massif montagneux du système volcanique Lýsuskarð – dont est issue Kirkjufell –, nous arrivons sur le fjord qui la baigne avec au loin la petite ville de pêcheurs – mais riches pêcheurs ! – de Grundarfjörður à ses pieds. Pour la petite histoire, le village a accueilli des pêcheurs français entre 1800 et 1850… ils y ont même construit une église et un hôpital ! La « montagne église » est posée sur une petite avancée de terre – une péninsule dans la péninsule – et une fois passé le pont, nous pouvons contempler ses 463 mètres de hauteur, tout en finesse vu de face. L’endroit est parfait pour un pique-nique… difficile de trouver meilleure vue, en restant au chaud bien entendu. Seul petit inconvénient, l’endroit est plutôt fréquenté, surtout pour un samedi hivernal… mais le tourisme d’hiver est en pleine expansion il parait en Islande alors ce n’est finalement pas très étonnant…

 

Au programme des visites, pas encore d’escalade – il parait que c’est possible mais uniquement avec un guide local car les pentes sont très très raides -, mais plutôt ballade vers la petite cascade à double pallier qui fait face à notre sommet… et que l’on retrouve donc sur de nombreux clichés ! Comme à chaque fois que l’on sort de la voiture pour aller se balader, les minis Puffins sont surexcités… ce qui amuse beaucoup les autres visiteurs que nous croisons. Un chemin verglacé dans une plaine tout aussi gelée nous y mène… et nous pouvons recommencer à entraîner nos talents d’équilibristes, haha. Autour de nous, la couche de glace est lacérée de failles, certes peu profondes, mais qui nous permettent de nous rendre compte à échelle réduite du travail du sol sur la glace. C’est aussi l’occasion d’expliquer concrètement aux minis Puffins ce que sont ces crevasses dont nous leur avons déjà souvent parlé pour justifier nos refus d’aller sur les glaciers là maintenant tout de suite, sans guide et sans équipement, à chaque fois que nous passons à proximité. Rien ne vaut les travaux pratiques !

 

Une fois devant la cascade, on comprend mieux pourquoi le panorama est tant photographié – même si je me demande encore comment cette stat est obtenue quand on voit les mastodontes du tourisme islandais que sont le Strokkur (le geyser) ou le Jökulsárlón par exemple -. Il est vrai que la perspective est en toute honnêteté splendide ! Mais avant de nous en rendre compte, ce qui nous saute aux yeux au premier coup d’oeil, c’est l’état si particulier de la chute d’eau ! Partiellement gelée, l’extérieur s’est cristallisé pour former des tubes de glace transparents d’aspects uniques protégeant du froid extérieur le reste de l’eau qui s’écoule à l’intérieur de cette architecture aussi spontanée qu’éphémère. Nous ne savions pas que c’était possible, mais la Nature s’est chargée pour nous d’imaginer les façons d’illustrer au mieux le mot « beauté ». Le temps d’immortaliser tout ça dans l’appareil et nous redescendons. N’oublions pas que nous sommes sous la barre des -10°C et que nous ne préférons pas laisser les minis Puffins trop longtemps dehors… le froid ne fait pas tomber malade certes, mais il fait geler les doigts et bouts de nez ! Timing parfait : nous terminons la ballade juste à temps pour voir un car de touristes arriver… ouf !!!

 

Le retour ne prend « que » 2 heures – ben oui, nous avons encore trouvé quelques poses-photos à faire par-ci, par-là -… et je me rends compte que l’appareil affiche encore près de 400 photos au compteur… mon dieu, ça va me prendre des heures de tout trier !! Cerise sur le gâteau, ce temps radieux décide de rester avec nous tous le week-end et nous en profitons le lendemain pour grimper au sommet du cratère Grábrók dont nous vous avons souvent parlé. Il y a des week-ends comme ça où l’on voudrait que le temps s’arrête…

 


PSST ! Vous recherchez une idée de cadeau original ?
Et pourquoi pas un produit naturel artisanal d’Islande ?
On a un bon plan pour vous. Qualité et originalité garanties !

www.icelanded.com

Découvrez icelanded.com et trouvez LE cadeau original – ou pourquoi pas les cadeaux originaux – parfait : bijoux originaux et bijoux artisanaux, en perles de lave, bijoux femme, collier femme et bijoux homme ou colliers fantaisies et bijoux pas cher, vous n’aurez que l’embarras du choix !

Ou bien peut-être préfèrerez-vous succomber au dépaysement d’une toile photo ou d’un poster de paysages venus d’ailleurs, au pays des volcans et des cascades à la limite du cercle polaire.

Votre seul soucis maintenant ? Réussir à faire un choix !

www.icelanded.com


Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016

13 réflexions sur “« What a wonderfull world »

  1. I see trees of green, red roses too
    I see them bloom, for me and you
    And I think to myself, what a wonderful world

    I see skies of blue, and clouds of white
    Bright blessed days, dark sacred nights
    And I think to myself, what a wonderful world

    The colors of the rainbow, so pretty in the sky
    Are also on the faces, of people going by
    I see friends shaking hands, sayin’ « how do you do? »
    They’re really sayin’ « I love you »

    I hear babies cryin’, I watch them grow
    They’ll learn much more, than I’ll ever know
    And I think to myself, what a wonderful world
    Yes I think to myself, what a wonderful world
    Oh yeah

    Rien de plus beau en effet que Louis Armstrong chantant cette magnifique chanson pour accompagner vos si belles photos. Il nous semble l’entendre en fond sonore en lisant cet article et en regardant ces images, celles des petits Puffins comprises.
    Découvrez le monde chers oisillons, apprenez combien il est beau, combien il est fragile aussi et comme il est fondamental de le protéger …

    • Vous aussi vous l’entendez ? Je l’ai eue dans la tête durant tout ce week-end…

      Pour le moment, les minis Puffins écarquillent leurs grands yeux devant la puissance de la Nature qui les entoure et devant laquelle ils se sentent tout petits. Sa fragilité reste abstraite même si le sujet de la fonte des glaces est souvent évoqué. Et Puffin junior est régulièrement sensibilisé à l’école sur la préservation de l’environnement.

      Parce que c’est vrai, il faut d’abord apprendre à l’aimer pour mieux ensuite avoir à coeur de le préserver…

  2. Une belle petite famille, un beau pays, un beau projet … Vous nous faites rêver, et on a hâte de revenir en Islande pour retrouver ces paysages somptueux !

  3. C’est magnifique! Et j’imagine que les photos ne rendent pas aussi bien ce que vous avez vu et ressenti…
    Profitez!!!

    • Oui, c’est clairement grandiose… sincèrement… faudra qu’on s’organise pleins de tites virées quand vous viendrez nous voir !! 😉

  4. C’est absolument fantastique !! A nous faire aimer le froid !!
    Merci de nous emmener dans ces contrées d’une beauté irréelle et pourtant si vraie.
    Le printemps arrive, les mini puffins vont pouvoir s’éclater dehors.
    Bises.

    • Merci !! C’est vrai que devant ces paysages, on ne peut que pardonner le climat qui façonne ces panoramas… D’ailleurs, la vue n’est pas mal du tout chez vous non plus 😉

      Le redoux devrait en effet permettre de rallonger les ballades et aux minis Puffins d’encore plus en profiter… bref, tout un tas de nouvelles aventures en perspectives !

      Bisous

  5. Ahhh L’Islande, c’est mon rêve ! En tout cas vos photos sont magnifiques et votre récit est très prenant ! Je suis un fan inconditionnel et continuerai de vous suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *