Kennitala, ouvre-toi !

C’est passé presque inaperçu avec les fêtes mais… nous voilà désormais officiellement résidents islandais ! Enfin avant les fêtes, c’était pour M. Puffin et moi, parce que les enfants ont du attendre la semaine dernière pour obtenir leur précieux sésame – les joies des démarches administratives et leurs mystères -. Mais ça y est, c’est fait, depuis 4 mois que nous l’attendions, l’aventure continue, et notre installation a acquis une existence désormais légitime et reconnue. Ça a l’air de rien comme ça mais vous allez voir…

Islande - Schengen

Islande – Schengen

Pourtant, on ne nous l’a pas répété 10 fois, mais plutôt 100 fois avant notre départ : vous être citoyens d’un pays membre de l’Union européenne, l’Islande fait partie de l’espace Schengen, vous n’avez donc aucune formalité à effectuer pour vous installer ici et ce sera très facile. Euh comment dire… « aucune formalité »… disons que c’est très raccourci !! En fait il fallait comprendre : « vous n’aurez aucune démarche à effectuer pour rentrer sur le territoire islandais et chercher un travail ». Parce que pour s’installer, tout, je dis bien absolument tout, ne dépend que d’une seule chose : obtenir notre kennitala. Et ça, nous l’avons compris dans les premiers jours qui suivirent notre arrivée.

Kennita… kennitaquoi ? Notre kennitala. C’est-à-dire notre numéro de sécurité sociale islandaise. En France, le numéro de sécurité social, c’est très important. En Islande, c’est… absolument nécessaire ! Eh oui, l’Islande est un pays de tradition nordique où tout passe par le numéro de sécurité sociale : impôts et taxes prélevés à la source, renseignements sociaux et familiaux, inscriptions à l’école ou au jardin d’enfant, ouverture de compte, édition de bail, amendes, factures impayées… et même son abonnement de téléphone ou Internet. Et ça, difficile de l’imaginer lorsque l’on est habitué à une autre structure administrative comme celle que nous avons en France. Impôts prélevés à la source, nous le savions, mais abonnement Internet ou de téléphone portable, nous sommes tombés des nues ! C’est comme ça que deux semaines et demi après notre arrivée, encore frais et innocents – qui a dit des lapins de trois jours ?!? -, une fois installés dans notre chalet sans connexion internet, nous avons tentés la fleur au fusil d’aller chercher un boîtier de connexion 4G chez un vendeur agréé… pour ressortir bredouilles 10 minutes après : pas de kennitala, pas de Gigas… et pas de ligne de téléphone portable locale non plus ! Haha la bonne blague… enfin on rigolait beaucoup moins quand nous avons compris que nous devrions nous contenter de nos Gigas disponibles à l’étranger via nos forfaits de téléphone pour notre accès Internet. Heureusement pour nous, ni notre propriétaire, ni l’école et le jardin d’enfant de notre ville d’accueil ne se sont pas arrêtés à ce détail. Quand je vous dis que le kennitala est primordial !

Mais comment obtient-on son kennitala au fait ? Eh bien les deux manières les plus simples sont de trouver un travail… ou de se marier avec unthjodskra-blog-islande islandais/une islandaise. Bon, la deuxième solution ne nous semblant pas envisageable dans notre cas, avec M. Puffin, nous nous sommes rabattus sur la première. Là encore, si vous avez suivi le début de notre équipée, vous avez pu lire que trouver un emploi n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Attention, je parle évidemment d’un emploi à durée indéterminée, pas d’un emploi saisonnier… parce que là aussi mauvaise pioche, vous vous retrouvez avec un kennitala « temporaire » qui ne vous permet… que d’ouvrir un compte pour toucher votre salaire le temps où vous travaillerez sur l’île ! Nous en avons fait l’expérience lorsque M. Puffin a travaillé sur le chantier d’un l’hôtel à notre arrivée, c’est d’ailleurs comme ça que nous avons découvert toutes ces croustillantes subtilités. Dans tous les cas, c’est l’occasion de faire connaissance avec Þjóðskrá, l’administration des Registres islandais.

Enfin bref, mi-octobre dernier – il a donc déjà 3 mois ! – M. Puffin découvrait la culture des fraises sous serre en milieu polaire… et nous entamions par la même occasion nos démarches pour la quête de ce petit numéro tant convoité. Il faut dire que son patron s’est impliqué et s’était bien renseigné pour savoir quels papiers fournir… notamment de sa part parce que de ce que nous avons compris, les islandais n’ont pas l’habitude de faire de contrats de travail (même si cela se développe à Reykjavik). Évidemment, pour que ça fasse plus vrai, la journée où nous sommes allés déposer les papiers fut également celles des premières neiges, lorsque nous n’étions pas encore équipés – ben oui, mi octobre, haha – et le boss de M. Puffin a du venir nous aider à rejoindre la route, ce qui nous a permis de déposer nos dossiers à la mairie de notre ville d’accueil qui nous avait très gentiment proposé de les faxer pour nous aux bons services administratifs… et ça c’était aussi une vraie aide car nous avons pu discuter avec d’autres expatriés qui n’ont pas eu cette chance et qui ont eu bien du mal à avoir les bonnes informations et à les adresser aux bonnes personnes dans leurs démarches ! Et heureusement que le patron de M. Puffin nous a aidé à suivre le dossier car, vous l’aurez deviné, tout ne s’est pas déroulé comme prévu.

traduction-certifiee-islandeQuinze jours-trois semaines. C’est le temps maximum que l’on nous avait indiqué avant que nous ne recevions nos fameux numéros. En toute logique, au bout de 3 semaines 1/2, nous avons compris que l’histoire n’était pas finie… Le boss de M. Puffin à qui nous demandons quel numéro composer pour joindre les bonnes personnes décide de prendre les devant et de les appeler lui-même « parce que ce sera plus simple entre islandais ». Et trente minutes de discussions plus tard, le problème est identifié : la copie de notre livret de famille que nous leur avons fournie ne leur convient pas, il leur en faut une traduite par un traducteur officiel… à 8000 couronnes islandaise (57€) la page de quelques mots, multiplié par quatre pages, ça fait cher le papier !! Là encore heureusement, le patron de M. Puffin prend son téléphone et négocie un tarif pour nous – 142€ tout de même ! – et charge sa fille qui habite Reykjavik de déposer la traduction au bon bureau dès le lundi suivant pour ne pas perdre de temps. Nous sommes mi-novembre.

Deux semaines plus tard, nouveau rebondissement. Nous recevons un mail nous demandant de déposer également des dossiers pour nos enfants car ils veulent traiter toute la famille en même temps… !?! Des dossiers pour nos enfants… alors qu’ils avaient indiqué au boss de M. Puffin un mois bien sonné plus tôt qu’il suffisait de les indiquer sur nos demandes ?!? C’est pas grave, nous les voulons nos kennitalas, et comme c’est sacrément bloquant, nous nous armons de patience et retournons à la mairie déposer les 3 dossiers des minis Puffins… en espérant que la troisième tentative soit la bonne !

Kennitala blog IslandeEt effectivement, joie !, une dizaine de jours après, nous recevons nos précieux papiers… mais point de kennitala pour les oisillons… Diantre ! Bon, la période des fêtes arrivant, nous décidons d’attendre que la fin de l’année soit passée et que l’île retrouve une activité normale pour nous inquiéter. Évidemment, début janvier arrive sans que nous ne recevions de nouvelles et nous voilà partis une fois de plus à la mairie en quête d’informations. La madame de l’accueil – qui commence à nous connaître, soit dit en passant – écoute nos interrogations avec attention et prend gentiment à son tour son combiné pour se renseigner directement auprès de la bonne administration sur l’avancée des dossiers de nos enfants.  En fait tout va bien. Rassurons-nous, ça suit son cours normalement, et comme nous avions déposé leurs dossiers plus d’un mois après les nôtres, nous devrions les recevoir à la fin de mois ou au début du mois prochain. Nous n’exprimons bien évidemment pas notre surprise quant à cette réponse en totale opposition avec ce qui nous avait été dit fin novembre – à savoir qu’ils attendaient les dossiers des enfants pour traiter toute la famille en même temps – et la remercions chaleureusement avant de rentrer chez nous rassurés. Tout va bien Madame la Marquise, tout va bien !… Puisqu’on vous l’dit !

Oui mais voilà que trois jours plus tard nous recevons une lettre du sceau Þjóðskrá (registre) nous indiquant qu’ils attendent les traductions des extraits d’actes de naissance des minis Puffins pour traiter leurs dossiers… What ?!? Ils nous refont le même coup… c’est une lettre-type pour les étrangers ou quoi !?! Ok, les blagues les plus courtes sont les meilleures, c’est bien connu… ! M. Puffin explique les derniers rebondissements à son chef qui découvre lui aussi les méandres de ces procédures puisque les islandais naissent bien entendu avec leur kennitala. Un coup de fil « d’islandais à islandais » suffit pour que la personne en charge de notre dossier se rende compte que les papiers traduits que nous avions fournis avait en fait été rangés dans mon dossier… C’était donc ça !! Nous restons tout de même méfiants, prêts à réagir à la première alerte… qui n’aura pas lieu car dans la semaine nous recevons chez nous les trois numéros d’identité en même temps. Nous sommes mi-janvier, ça va faire cinq mois que nous sommes en Islande et nous avons mis trois mois pour obtenir l’ensemble de nos kennitala… ça s’arrose, non ?

Et maintenant, fin des péripéties ?… Rien n’est moins sûr… l’inscription à la sécurité sociale est en cours…

 


PSST ! Vous recherchez une idée de cadeau original ?
Et pourquoi pas un produit naturel artisanal d’Islande ?
On a un bon plan pour vous. Qualité et originalité garanties !

www.icelanded.com

Découvrez icelanded.com et trouvez LE cadeau original – ou pourquoi pas les cadeaux originaux – parfait : bijoux originaux et bijoux artisanaux, en perles de lave, bijoux femme, collier femme et bijoux homme ou colliers fantaisies et bijoux pas cher, vous n’aurez que l’embarras du choix !

Ou bien peut-être préfèrerez-vous succomber au dépaysement d’une toile photo ou d’un poster de paysages venus d’ailleurs, au pays des volcans et des cascades à la limite du cercle polaire et les admirer avec un beau pull en laine islandais.

Votre seul soucis maintenant ? Réussir à faire un choix !

www.icelanded.com

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016

10 réflexions sur “Kennitala, ouvre-toi !

  1. Et beh ! Quelle aventure ! Les joies de l’administration. J’apprends beaucoup de choses sur ce pays en lisant ton blog, je trouve ça super ! Merci à toi, à vous pardon.
    Ceci dit, le patron de Mr Puffin a l’air vraiment gentil ! Prendre le temps de vous aider et tout et tout, c’est cool ça !

    Bises à la troupe de vikings !

    • Merci, nous aussi on apprend beaucoup lol 😀 On a beau s’être renseigné avant de partir, rien ne vaut la pratique haha !

      Oui, en règle générale, les gens sont très gentils ici… c’est aussi une des raisons qui a fait que nous sommes tombés sous le charme de ce pays lors de nos précédents voyages. Et c’est très clairement une aide très précieuse pour nous qui découvrons les rites administratifs locaux et ne parlons pas la langue !

      Bises à ta joyeuse tribu 🙂

  2. Nous avons connu les mêmes tracas lors de notre année de coopération en …..1977 en Algérie.
    Pour obtenir une autorisation de visa de plus de 3 mois dans le pays !
    C’était sans fin !
    Mais là, vous tenez le bon bout… enfin le Kennitala est là !!
    Bises +++++

    • Ouille… comme quoi l’administration reste l’administration, aujourd’hui, dans les années 70, en Islande ou en Algérie !!

      Oui, comme vous à l’époque, c’est un grand pas de franchit 😉 C’est fou ce qu’un simple numéro sur un bout de papier peut avoir comme importance haha !

      Bisous +++++

  3. Les voies de l’administration sont impénétrables ! Mieux vaut allumer une petite bougie et … passer un coup de fil de temps en temps pour tenter de pousser un peu les dossiers à travers les nébuleux méandres des bureaux décideurs …
    Merci aux personnes bienveillantes et efficaces qui se sont mobilisées pour vous aider à obtenir ce fameux sésame !

    • Ohhh oui !! Le jeu de l’administration en langue étrangère, ça corse sacrément les choses déjà pas simples à la base, haha ! Déjà que tu n’es jamais complètement sûr d’avoir les bonnes règles du jeu et combien de temps la partie va durer… mais là, le flou est encore plus prononcé. Heureusement effectivement que nous avons été bien aidés, sinon ça peut vite rendre fou 🙂

  4. Oulala je trouvais que l’administration en France était compliqué mais là ça bat des records. Après effectivement, c’est plus simple pour des islandais pur souche. Dans ce genre de cas, je ne peux m’empêcher de penser aux « 12 Travaux d’Asterix » et dans votre cas, ça y ressemblais étrangement….

    • Haha, j’y ai beaucoup pensé aussi et j’ai failli le mettre… mais j’avoue que je me suis ravisée parce que j’ai eu quelques expériences pas mal non plus avec l’administration françaises – alors que je n’étais sensée avoir aucun problème de compréhension ! -.

      Au final, l’administration reste l’administration… avec un petit plus pour l’accueil aux administrations islandaises 😉

  5. Merci pour cet article très détaillé. J’envisage depuis quelques mois de partir en Islande et effectivement, l’administration islandaise n’est pas la même qu’en France. Beaucoup de personnes me disent qu’il est facile de partir là-bas, mais bon… entre ce qu’ils disent et ce qu’on me demande, il y a un assez grand fossé 🙂

    • Oui, il faut s’attendre à quelques méandres administratifs, il ne faut pas se mentir. Cela dit, il est vrai que quand on vient de l’Union Européenne, l’installation et les démarches sont relativement plus simples que dans beaucoup d’autres pays… tout dépend du référentiel sur lequel on s’appuie 😉

      Bonne réflexion sur un éventuel départ du coup… Et si vous avez des questions, je pourrai tenter d’y répondre au mieux, n’hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *